J'ai passé quelques heures à fouiller les dossiers du CPMT (Centre de Pastorale en Monde du Travail) un service d'église que j'ai conçu et construit durant des décennies.et qu'on vient de fermer parce que dépassé, inutile, inefficient...que sais-je. Pour une institution qui opére des changements tout azimuth, c'est une procédure banale, courante, nécessaire. Les personnes qui  avaient engagé leur vie dans une activité souvent difficile et à contre-courant  ressentent en eux comme un goût amère. Non d'abord à cause de la fermeture, car des changements et des orientations nouvelles sont nécessaires mais parce que toute un secteur de la pastorale est rayé et jugé inutile...    

Pendant ma visite des dossiers j'ai vu défiler dans mon esprit tout un monde de personnes engagées, rencontrées, rassemblées, réfléchissantes... Et j'ai fait le constat de cheminements, d'offres, d'études, de colloques, de contacts, de rencontres, d'écrits, d'expositions, de célébrations...J'ai constaté le souci de démarches inédites et souvent décriées d'ouverture et de recontre avec des groupements sociaux et politiques "éloignés". Et que dire des frontières de la Grande Région (4frontières) et de l'Europe (GEPO) traversées.  

C'était hier...Que va-t-on faire aujourdhui? Notre monde attend.